Agenda: VIVRE, ETRE SOI sera en dédicace le 7 mars 2020 à la Librairie Antillaise Galleria

Vivre, être soi sera en dédicace le 7 mars 2020, de 10h à 12h

à la Librairie Antillaise Galleria,

97232 – Le Lamentin

Martinique

VIVRE, ÊTRE SOI

d’Euphrasie Calmont et Colette Lina-Dubail

Préface de Jean Florentin Agbona,

Chroniqueur littéraire et Rédacteur à Legs & Littérature.

(Lire la suite)

Vivre, être soi

Vient de paraître: VIVRE, ÊTRE SOI

d’Euphrasie Calmont et Colette Lina-Dubail

Préface de Jean Florentin Agbona,

Chroniqueur littéraire et Rédacteur à Legs & Littérature.

 

Retrouvez-le ici Editions Nestor

(Lire la suite)

Capital et Charité avec Les Auteurs de Martinique à Fort-de-France le samedi 21 décembre 2019

Venez retrouver vos auteurs, Les Auteurs de Martinique, le samedi 21 décembre 2019. Cela se passe à Fort-de-France,  place Mgr Romero, face à la Cathédrale, de 9h à 13 h.
Capital et Charité dont toutes les scènes se déroulent en Martinique et que vous avez tant aimé, sera là.

(Lire la suite)

Adama AYIKOUE: « L’image de l’ogre dans Capital et Charité d’Euphrasie Calmont »

L’image de l’ogre dans Capital et charité d’Euphrasie CALMONT[1]

 

« Y a-t-il un sens à ce que quelqu’un s’épuise le regard à débroussailler les arabesques de l’esprit humain, à diagnostiquer le heurt des évènements les uns contre les autres, ahurissant carambolage de faits pouvant conduire aux plus merveilleux accomplissements comme aux … (Lire la suite)

Capital et Charité à l’Ecole Supérieure de Management

Capital et Charité de Euphrasie Calmont dans causerie sur l’emploi à l’Ecole Supérieure de Management

(Lire la suite)

Capital et Charité: Rencontre et causerie littéraire à l’Ecole Supérieure de Management

Rencontre et causerie littéraire à ESM Bénin

Capital et Charité dans Rencontre et causerie littéraire à l’Ecole Supérieure de Management

(Lire la suite)

« Les revers de l’amour », Extrait 1

« … – “Et alors, que vont-ils faire ?
demanda Julien, calmement, tandis
que Sabine grelotte en sanglotant.
– “ Charles a avancé quelques arguments
épars, rien de construit, juste pour
aller à l’encontre de ma démonstration.
Alors, le directeur général a remis la séance pour dans cinq jours.
– “Sabine, je sais qu’il n’est pas sympathique
avec toi, mais peut-être devrais-tu faire
l’effort d’aller lui parler pour savoir son objectif.
– “Non, jamais, non et non. Il m’énerve
je ne saurais jamais garder mon calme
et je vais finir par le gifler ou faire quelque
chose de ce genre. N’oublie pas que
j’ai pris des cours d’aïkido pendant
des années.

– “ Alors pour le moment, tu es avec
moi. on se calme. Et dis-moi :
le ciel, t’est-il tombé sur la tête ? “
– “Non ! “
– “Le soleil a- t-il refusé de rester dans le ciel ? “
– “Non ! “
-”La lune a-t-elle disparu de la vue
de notre planète ? “
– “Non ! “
-” Quelqu’un est-il mort ? “
– “Oh non ! “
– “Alors, Sabine, il ne s’est rien passé, rien, absolument rien,
du tout, et tout est au mieux,
oui absolument au mieux dans ce
paradis des dieux que nous constituons.
Le calme et l’assurance dont a usé Julien
dans la diction de ces mots font que
Sabine se laissa fondre dans ses
bras.

Les lèvres se frôlèrent à nouveau,
se prirent franchement, puis
les deux corps ne firent qu’une
boule et cette fois, la mazurka
les mena dans le grand lit.

Le soir venu, on confirma l’invitation
des parents de Julien.

Dès les premiers mois, tout tourna autour du ventre de Sabine et donc autour du bébé.
Sabine a su son état par le biais d’un
test de grossesse acheté à la pharmacie,
en l’absence de Julien. Et d’ailleurs, la
nouvelle parvint à Julien quelques jours
plus tard. Peut-être Sabine avait-elle
besoin de prendre quelques longueurs d’avance
sur Julien, en s’appropriant cette joie
un petit moment, le temps de s’habituer
à ce petit corps qui se développe en elle ?
La joie d’une mère commence peut-être
par là ?
Peut-être aussi, avait-elle voulu, pendant
ses quelques jours, chercher sa façon très
romantique d’annoncer la nouvelle à
Julien ? »